20170625 – Strasbourg | Les coulisses de l’école des effeuilleuses

Luna Moka et ses élèves sont convaincues que l’effeuillage leur fait du bien. « Même après une journée difficile, il suffit de passer une heure ici pour retrouver le sourire », dit l’une d’elles.Photos L’Alsace/ Jean-Marc Loos

Comme dans toutes les écoles, l’heure du spectacle de fin d’année est arrivée. Sur les 350 places prévues, il n’en reste plus beaucoup. Familles, amis viendront voir du hula hoop, des numéros de cabaret… et des effeuilleuses formées à la Luna Moka School plus connue sous le nom de « La clandestine ». Après une première année à découvrir les fondamentaux de l’effeuillage burlesque, une dizaine de femmes a poursuivi cette activité hors du commun dans cette structure.

Elles travaillent dans la banque, l’agroalimentaire, le graphisme. Les dix femmes du groupe sont venues pour des motifs différents. « J’ai vu un effeuillage au festival Elsass Rock and Jive et je me suis dit : “c’est ça que je veux faire !” , raconte avec le sourire Lilia Pandora, 55 ans, ancienne commissaire d’exposition. L’effeuillage sur scène c’est de la comédie, de l’humour, pas un strip-tease comme on pourrait le penser. » Des robes à franges, des bas, des talons hauts et une musique de Grease , la comédie musicale : la mode de l’effeuillage a rapidement conquis ces nouvelles adeptes.

« Prendre soin d’elles »

« Elles ont envie de se faire plaisir, d’acheter de la lingerie, de prendre soin d’elles » , explique Luna Moka, qui a récemment ouvert l’école dans un vieux bâtiment de l’usine Junckers à la Meinau. C’est l’une des rares en région, les principales se situant à Paris. « Même après une journée difficile, il suffit de passer une heure ici pour retrouver le sourire , dit Absinthe Bliss, 34 ans. On apprend la confiance en soi, à être sensuelle l’espace de quelques minutes, savoir comment bouger. » Pour Mam’zelle Lily, 31 ans, l’histoire est encore différente. « Mon conjoint m’a inscrite, je n’osais pas, ça m’a fait franchir le pas. »

Les premières séances de la petite troupe ont abordé l’effeuillage sans pression. « Il n’était pas question qu’elles se dénudent avec gêne , explique Luna Moka. C’est un art scénique qui joue sur beaucoup de choses, le maintien, le maquillage, la création des costumes… » Au fil des séances, le regard de l’autre s’efface vite au profit des confidences, de l’entraide, des ateliers de confection de robe. « Je n’en parle pas beaucoup autour de moi, mais quand c’est le cas, des amies me disent qu’elles n’osent pas… Surtout celles qui ont des problèmes avec leur corps » , explique Mam’zelle Lily.

Transgresser les codes

« À notre époque, ce n’est pas facile d’être une femme si on est un peu ronde » , constate Luna Moka. Et ce n’est pas la dernière étude publiée par l’équipe de surveillance et d’épidémiologie nutritionnelle qui la contredit : la maigreur augmente fortement chez les filles de 11-14 ans. « Il y a un discours féministe derrière l’effeuillage burlesque , estime Lilia Pandora. Celui de faire ce qu’on veut de son corps et de l’image qu’on veut envoyer. » Se libérer des carcans ? Dans l’une des salles de la Clandestine, un panneau sur le mur le dit simplement « Toutes les femmes sont belles ». Et les garçons ? « Les boylesques, ceux qui font du burlesque masculin, ne sont vraiment pas nombreux, mais ils sont les bienvenus ! » , assure Luna Moka.

SE RENSEIGNER Sur le site internet http://www.lunamokaschool.com

Source : Strasbourg | Les coulisses de l’école des effeuilleuses

Publicités

Une réflexion sur “20170625 – Strasbourg | Les coulisses de l’école des effeuilleuses

Laisser un commentaire / Leave a comment

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s